Créer un logotype à l’enseigne de son cabinet

création d’un logotype

Quelle que soit la marque, elle se doit d’être facilement reconnaissable. Or, mettre en avant une idée de prestation d’écriture facilement identifiable relève à priori d’un exploit. Le GREC va vous expliquer comment créer votre logo.

D’autres entreprises ont relevé des défis bien plus intenses. Prenons l’exemple du logotype de Carrefour. Carrefour est l’enseigne d’un groupe de magasins de détail en libre service. Elle a été créée en 1959 par les familles Fournier, Badin et Defforey qui exploitaient à Annecy un supermarché pratiquant des rabais importants sur les prix. Aviez-vous remarqué que ce logotype est construit autour du C de l’initiale de la marque ?

Les 6 règles de construction d’un logo

Voici les règles essentiellement de fabrication d’un logo. Elles font souvent appel au bon sens.

I – Le logo est identifiable quelles que soient les dimensions

On doit pouvoir réduire très fortement les dimensions du logo et il faut que l’élément caractéristique, ici le C blanc de carrefour encadré de rouge et de bleu, soit toujours visible. On le distingue aisément malgré sa petitesse comme ici dans les onglets des navigateurs Internet.

logo carrefour internet

II – Le logo est discernable quelle que soit la luminosité

On doit pouvoir reconnaitre la marque en environnement de couleur réduit. Ici une photocopie.

logo carrefour noir et blanc

III – Le logo doit utiliser peu de couleurs

Le nombre de couleurs doit être réduit. Ici 3.

logo carrefour tricolore

IV – Le logo doit utiliser des formes simples

Les formes doivent être simples. Il faut pouvoir les vectoriser, c’est-à-dire utiliser des fonctions mathématiques de dessin simple : des figures géométriques simples (ici un triangle arrondi bleu, un triangle arrondi rouge, et une lettre C blanche, le tout raboté en haut et en bas). Si des polices sont utilisées, elles doivent être lisibles en toutes dimensions.

logo carrefour élémentaire

V – Le logo doit évoquer quelque chose

Le logo doit dégager une idée, ici une entreprise traditionnelle, mais moderne (C à l’ancienne tout en arrondi, en forme de bracelet ouvert qui prend toute la place disponible), qui regarde le passé (rouge) et se projette dans l’avenir bleu. Noter que les pointes ont été arrondies pour évoquer la douceur. Ce que doit évoquer le logo devrait être en fait le premier point de la réflexion.

VI – Le logo doit être indubitablement reconnaissable

Il faut éviter les contresens et la cannibalisation.

À l’inverse, les fausses marques alimentaires de magasins vont essayer de s’approcher du logo de l’entreprise qu’ils copient pour détourner les clients de ladite marque recopiée. Certaines entreprises vont également parfois utiliser la même démarche pour essayer d’attirer les clients d’une enseigne concurrente. Voici par exemple comment passer d’un distributeur haut de gamme à un distributeur bas de gamme. Les deux logos n’ont apparemment rien à voir, et regardez bien pourtant, après un pivotement, un remplissage, la remise du pointu puis la surimpression d’un nom, ce qu’a réalisé avec succès la marque Leader Price de l’enseigne Casino en 1988.

Leader Price se veut une marque nationale (bleu-blanc-rouge) qui repose sur le passé (rouge), grandit vers l’avenir (bleu), a une certaine épaisseur passée (relief rouge), fait une nette distinction entre le passé et le futur (séparation blanche), se veut agressif (pointe), en progression (ligne blanche montante dans le sens de la lecture), mais n’est pas sûr de son choix (apposition du nom sur l’image).

logo détrouné carrefour

Quelles conséquences pour l’Écrivain-Conseil ?

Il faut retenir qu’un logo n’est pas une enseigne de rue sur une porte ni une carte de visite, et que ce n’est pas une photographie.

I – L’illustration

  1. La partie image+texte doit laisser une marge régulière tout autour de la partie pleine du logotype et occuper complètement au moins un rectangle minimal de 6/7 sur la surface totale autorisée. Donc ici 741×490 px.
  2. L’illustration doit être originale et symboliser parfaitement votre cabinet.
  3. L’élément caractéristique du logotype doit être visible en réduction 30×30 px pour apparaitre dans les onglets des navigateurs.

II – Le texte

  1. Il ne peut contenir que le nom du cabinet en respectant les règles de l’EUIPO : celui-ci doit être distinctif et ne pas contenir d’élément descriptif.

Le cabinet de Jean LA BICHE ne peut donc pas avoir un logo où serait écrit « LA BICHE Jean correction-relecture et PAO » puisque correction-relecture et PAO ne sont pas des éléments distinctifs, et sont en plus des éléments descriptifs. Rien n’empêche cependant d’ajouter ces deux mentions près de votre logo sur votre site Internet ou sur votre carte de visite.

III – L’image et le texte réunis

  1. Les dimensions doivent être respectées, donc ici 821×570 px.
  2. Le format doit être en PNG chaque fois que c’est possible, sinon préférer le JPG non dégradé.
  3. Le nombre de couleurs doit être réduit et ne pas dépasser 4 sauf dans des cas très particuliers. Ces couleurs doivent être reprises selon la charte graphique de votre communication écrite (papier et site Internet).
  4. En ambiance dégradée (photocopie en noir et blanc de mauvaise qualité), votre logotype doit rester identifiable.
  5. Votre logotype doit souvent être décliné pour apparaitre sur un fond sombre et sur un fond clair.
  6. La qualité de l’image doit être irréprochable et en particulier ne pas être pixélisée, car cela serait pire une fois l’image téléchargée sur le site Internet ou imprimée sur une feuille. Sur une feuille, utiliser une résolution d’au moins 300 px ; sur un écran, de 96 px.

En résumé