Les écrivains au bois dormant, de Merve ENRE

Une envie, ça ne se décrète pas. Parlez-nous ici des livres, des films, et des auteurs que vous avez aimés.
Répondre
       
Avatar du membre
GODET François
Messages : 230
Inscription : mercredi 5 oct. 2011 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Atelier d’écriture
⌨ : Conseil en écriture
Région : Ile-de-France
Agglomération : Paris
Téléphone : 33+ 6 30 90 44 02

Les écrivains au bois dormant, de Merve ENRE

Message par GODET François » mardi 25 déc. 2018 10:10:51

Je relève cette semaine un article du New York Times et traduit dans le dernier Courrier International.
Il s'agit du projet de l'artiste écossaise Katie Paterson dont l'idée de bibliothèque du futur a pris racine en Norvège. En effet, dans la forêt de Nordmarka poussent un millier d'épicéas qui, en 2114, seront abattus pour imprimer des manuscrits inédits.

Cette bibliothèque va réunir cent livres écrits à cette fin par certains des écrivains les plus connus de ce siècle. Anne Beate Howind, la présidente explique que ce projet a été comme
un acte de foi laique
dans ce monde qui semble devenu fou, ce monde qui accentue violemment les différences entre les gens au lieu de mettre en avant leur humanité commune.
Quand on écrit un livre, on est convaincu qu'il touchera quelqu'un d'autre, quelqu'un qui est différent de soi, et qu'il nous reliera ; qu'on pourra transcender les limites du soi qui nous ont été données à la naissance, qu'on pourra toucher la réalité de quelqu'un d'autre.
Ce projet apparait moins futile quand on songe à l'incendie qui a consumé 40 000 livres à Alexandrie en 48 avant J.-C ou à la lanterne de papier qui a mis le feu au Musée national du Brésil il y a presque quatre mois détruisant des manuscrits collectés pendant plus de deux cents ans. Cet incident rappelle la rapidité avec laquelle les supports de la mémoire peuvent disparaitre, même à l'ère du disque dur et du big data.
La future bibliothèque est en elle-même une chose chargée d'espoir parce que, premièrement, on part du principe qu'il y aura des gens dans cent ans. Deuxièmement, on part du principe que la forêt poussera. On part du principe que la bibliothèque sera toujours là. On part du principe que les gens sauront toujours lire et qu'ils auront envie de lire.
La reconstitution de l'espoir est la seule chose dont l'art puisse faire don à l'avenir.
François GODET

Répondre

Retourner vers « Coups de cœur littéraires »