La mauvaise blague horrifique de l’écriture inclusive

Un écrivain public, c’est aussi un homme ou une femme. Certaines situations contiennent tous les ingrédients pour exacerber l’éventail complet de nos passions. Venez crier ici vos joies et vos désespoirs.
Répondre
       
Avatar du membre
LAUNAY Pierre-Gilles
Superviseur des sites du GREC
Messages : 142
Inscription : vendredi 10 août 2012 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Correction-relecture
⌨ : Opérateur PAO
Région : Auvergne-Rhône-Alpes
Agglomération : Clermont-Ferrand
Téléphone : 33+ 4 82 53 27 71

La mauvaise blague horrifique de l’écriture inclusive

Message par LAUNAY Pierre-Gilles » vendredi 27 oct. 2017 08:08:38

Image
Certains d’entre nous ont vu avec effroi une mode arriver sur les réseaux sociaux. Elle prétend « inclure » les deux genres dans l’écriture des mots. Disons-le tout net : il s’agit d’une élucubration créée par des esprits dérangés.

Qu’est-ce que l’écriture inclusive

Il s’agit d’une recommandation imaginée en 2015 par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes d’écrire toutes les formes d’accord de genre dans un mot à rallonge plutôt que la seule forme indifférenciée, et de séparer chaque variation par un point.

Exemple

Les hommes comme les femmes ont de quoi être ébahi.e.s. Les mots et les syllabes écrit.e.s se voient affublé.e.s d’une tartuferie. Cher.ère.·s lecteur·rice·s, suis-je en train de faire avancer l’égalité femmes-hommes en introduisant m.on.a article.réflexion de ce.tte façon.genre ? Grâce aux agriculteur·rice·s, aux artisan·e·s et aux commerçant·e·s, la Gaule était un pays riche*. Grâce aux haut.e.s. conseiller.ère.s, les Français.e.s. s'en trouveront-il.elle.s enrichi.e.s ?

*Extrait d’un manuel d’histoire de Hatier.

Les origines

La langue française vient de l’italien ancien qui connaissait les genres masculin, féminin, et neutre le tout arrivant sur une couche de langue gauloise. Il en a résulté la disparition progressive du genre neutre et les mots concernés sont devenus soit féminins, soit masculins souvent avec des aberrations. Comment ne pas s’amuser de découvrir que les symboles sexuels de la virilité ou de la féminité sont quasiment tous inversés : barbe, moustache, seins, etc. Ou ne pas s’étonner que le banc et le fauteuil soient masculins, mais la chaise féminin ?

Faut-il pour autant faire n’importe quoi ? En quoi compliquer l’écriture va-t-elle améliorer l’égalité sexuelle ? N’est-il pas plus avisé d’écrire les deux mots plutôt qu’un mélimélo indigeste ? Et pourquoi ne pas inclure aussi dans cette ineptie les 200 Français qui naissent chaque année avec un genre ni masculin ni féminin : ceux-là seraient-ils une quantité négligeable ?

Pour en savoir plus

Ce qu’en pense l’Académie : Déclaration de l’Académie française sur l’écriture dite « inclusive » .
Le Corrigeur : correcteur-relecteur et technicien PAO.
Mais je vous le demande, peut-on réellement imaginer une police sans sérif (Le Corrigeur, 2012).

Répondre

Retourner vers « Les mots des humeurs »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité