Pourquoi faire rédiger son histoire de vie ?

Un écrivain public, c’est aussi un homme ou une femme. Certaines situations contiennent tous les ingrédients pour exacerber l’éventail complet de nos passions. Venez crier ici vos joies et vos désespoirs.
Répondre
       
Avatar du membre
GODET François
Messages : 223
Inscription : mercredi 5 oct. 2011 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Récit de vie et biographie
⌨ : Correspondance
Région : Ile-de-France
Agglomération : Paris
Téléphone : 33+ 6 30 90 44 02

Pourquoi faire rédiger son histoire de vie ?

Message par GODET François » mardi 13 juin 2017 14:02:29

Lorsque je rencontre des personnes passionnées ou simplement intéressées par le sujet, je n’hésite plus à exprimer l’utilité d’écrire son histoire de vie.

Pendant l’existence, nous passons — faute de temps ou en raison d’autres pensées ressenties — à côté des évènements importants de notre vie. Nous vivons en quelque sorte de manière inconsciente.

Rédiger le parcours de sa vie permet — par la distance et le recul qu’apporte le temps — de mieux comprendre cette existence. En la faisant écrire, elle prend tout son sens. Elle en devient riche d’expériences qui, sur le moment, ont pu provoquer en soi un ressenti déplaisant, mais qui étaient un chemin pour arriver à quelque chose d’extraordinaire.

En relisant cette histoire de vie (de manière consciente), on en comprend le cheminement et cela devient réconfortant. Elle prend sens. Enfin !

Je pense que chaque être humain devrait rédiger seul, ou avec l’aide d’un professionnel biographe, ce chemin de vie qui, par sa suite de causes et d’effets, explique le but poursuivi. Cela permet d’accepter les inconvénients, les inéluctables souffrances, les carrefours et les bornes qui ont indiqué le chemin.

Cela a aussi un effet thérapeutique puisque la personne qui est (d)écrite se comprend mieux en se relisant.

Voilà pourquoi j’affirme haut et fort que faire écrire sa biographie devrait être remboursé par la Sécurité sociale !
François GODET

Répondre

Retourner vers « Des mots des humeurs »