L'ESPRIT EN ESCALIERS

Un écrivain public, c’est aussi un homme ou une femme. Certaines situations contiennent tous les ingrédients pour exacerber l’éventail complet de nos passions. Venez crier ici vos joies et vos désespoirs.
Répondre
       
Avatar du membre
GODET François
Messages : 253
Inscription : mercredi 5 oct. 2011 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Récit de vie, biographie, monographie
⌨ : Correspondance
Région : Ile-de-France
Agglomération : Paris
Téléphone : 33+ 6 30 90 44 02

L'ESPRIT EN ESCALIERS

Message par GODET François » samedi 25 avr. 2020 10:10:42

Ce matin je médite sur mon évolution. L'existence est un chemin de progression qui se marque par des paliers...ou des chutes.
Cette montée des étages représente la route de la reconnaissance. Dans ma vie, nombreuses sont les marches entre les étages. J'ai parfois l'impression que le divin en rajoute au fil de mon cheminement et tout au long de cette montée progressive. Ou alors Il me met sur le dos un sac très lourd à porter même celui-ci est rempli de livres.

Donc il y a quelques semaines de cela, alors que j'assistais par vidéo conférence à l'Assemblée générale d'une association d'écrivains à laquelle j'appartiens, j'ai ressenti une souffrance terrible, d'autant plus douloureuse qu'elle m'a saisi au collet alors que je ne m'y attendais pas.
A un moment donné en effet ont été gratifiés nombre de mes consoeurs et confrères tous plus récents que moi dans ce groupement ; certains mêmes très récents. Et au moment de ces honneurs j'ai espéré en faire partie mais sans y avoir pensé auparavant.

J'ai compris alors l'immense chemin qu'il me restait à parcourir pour atteindre cette reconnaissance. Je précise - s'il en est besoin - que je ne ressens pas de jalousie qui est selon moi une marque de petitesse et d'impuissance. De plus, la seule comparaison qui vaille est celle de sa propre évolution même si parfois j'aurais aimé me mesurer à mon double qui n'a pas vécu.

Dans le passé, en proie à l'impuissance et à la tristesse, j'aurais impulsivement (on peut mettre le passé composé) cédé à la colère stérile mais dont on peut comprendre les causes. Il y en a d'autres qui me sont personnelles. Mais je ne serai jamais Calimero* car j'ai trop de fierté et l'envie de me battre (dans le sens de compétition).
J'avais besoin d'écrire cela ce matin. Comme je ne suis pas masochiste je me relève ... et au diable la chute dans la vie et pour ce texte!
*Personnage de dessin animé plaintif.
François GODET

Répondre

Retourner vers « Des mots des humeurs »