Merci de et merci pour

Interrogez-nous sur les métiers d’écrivain public, ou sur la dénomination d’Écrivains-conseils ©.
Répondre
       
Avatar du membre
LAUNAY Pierre-Gilles
Messages : 170
Inscription : vendredi 10 août 2012 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Correction-relecture
⌨ : Opérateur PAO
Région : Auvergne-Rhône-Alpes
Agglomération : Clermont-Ferrand
Téléphone : 33+ 4 82 53 27 71

Merci de et merci pour

Message par LAUNAY Pierre-Gilles » mercredi 26 avr. 2017 11:11:51

Le langage parlé diffère souvent du langage écrit, et c’est bien normal puisque l’écriture fige, en quelque sorte, la mode enseignée au moment de notre enfance. Le langage parlé varie à l’inverse souvent et telle expression valable une année devient ringarde l’année suivante. Qu’en est-il alors des expressions « Merci de » et « Merci pour » ?

Merci de et merci pour dans la littérature

Dit-on : Merci pour ce moment ou Merci de ce moment ?

La réponse est évidente, et le titre du livre de la première dame contre le président d’alors est correctement écrit. Mais qu’en est-il pour les expressions suivantes ?
Merci de votre gentillesse.
Merci pour votre gentillesse.
Merci pour m’avoir accueilli.
Merci de m’avoir accueilli.
La règle du merci de
Il faut écrire uniquement « Merci de » selon l’Académie.
Les nuances du style soutenu

Dans la langue soutenue on distingue cependant : « Merci de » quand c’est suivi d’un verbe à l’infinitif, « Merci pour » quand il s’agit de choses concrètes, « Merci de » dans les autres cas. La bienséance invite alors à toujours utiliser « Merci pour » quand c’est suivi d’un nom : imaginez la tête de votre interlocuteur si vous l’amenez à croire que vous estimez que sa gentillesse n’est pas concrète.

Merci d’avance pour m’avoir lu. (chuckle)
Le Corrigeur : correcteur-relecteur et technicien PAO.
Mais je vous le demande, peut-on réellement imaginer une police sans sérif (Le Corrigeur, 2012).

Répondre

Retourner vers « Le métier d’écrivain public, la particularité de l’Écrivain-Conseil® »