Les fautes d’orthographe font perdre des millions d'euros aux entreprises

Interrogez-nous sur les métiers d’écrivain public, ou sur la dénomination d’Écrivains-conseils ©.
Répondre
       
Avatar du membre
LAUNAY Pierre-Gilles
Messages : 170
Inscription : vendredi 10 août 2012 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Correction-relecture
⌨ : Opérateur PAO
Région : Auvergne-Rhône-Alpes
Agglomération : Clermont-Ferrand
Téléphone : 33+ 4 82 53 27 71

Les fautes d’orthographe font perdre des millions d'euros aux entreprises

Message par LAUNAY Pierre-Gilles » lundi 26 juin 2017 13:01:43

Image
Et vous, voyez-vous l’erreur sur cette étiquette de Vichy Saint-Yorre ?
Oui ? Eh bien, en réalité, il y en a 2.

Selon une lettre d’informations proposée par Sarah Gillot sur le site Compta Online, les fautes d’orthographe font perdre des millions d’euros aux entreprises.

On restera circonspect, car il s’agit ici essentiellement d’une publicité pour la société commerciale Voltaire spécialisée dans la vente d’un score mesurant selon eux le niveau d’orthographe.

Il n’en reste pas moins que :
  • 82 % des recruteurs français affirment y être sensibles et vérifier ce critère scrupuleusement.
  • Une seule faute [énorme] d’orthographe sur le portail Internet d’une entreprise peut faire chuter de plus de moitié ses ventes en ligne (-50 à -80 %) : vous n’allez certainement pas acheter du Louis Cuiton sur un site vendant du lucse.
  • Mes clients ont généralement un bon niveau, car ce sont souvent des écrivains professionnels, des professeurs d’université, ou des thésards. Leurs scores avoisinent toutefois les 10 % d’erreurs par mot, et leurs éditeurs incitent pour qu’ils les corrigent, car sinon ils perdent quasiment tous leurs lecteurs.
Pour en savoir plus : La publicité sur Compta Online.
Le Corrigeur : correcteur-relecteur et technicien PAO.
Mais je vous le demande, peut-on réellement imaginer une police sans sérif (Le Corrigeur, 2012).

Répondre

Retourner vers « Le métier d’écrivain public, la particularité de l’Écrivain-Conseil® »