Êtes-vous un futur écrivain public ? Sait-on jamais....

Une émission littéraire, un salon de l’écriture, une foire aux livres, une réunion de l’Académie... tout nous intéresse du moment que c’est de la littérature ou de l’écriture.
Répondre
       
Avatar du membre
ESPIN Marie-Jo
Messages : 15
Inscription : lundi 8 mars 2010 13:01:01
Agglomération : Neublans Abergement

Êtes-vous un futur écrivain public ? Sait-on jamais....

Message par ESPIN Marie-Jo » vendredi 11 févr. 2011 11:11:55

Bonjour,

Je dirais : "allez-y, essayez". Il ne faut jamais remettre ses rêves au lendemain
En premier lieu, je ne crois pas être pessimiste en vous disant qu'il est très difficile d'en vivre. Cela peut dépendre de votre lieu de résidence. Mais c'est souvent proche du bénévolat? en particulier quand le client est de condition modeste. Il est raisonnable d'envisager une seconde corde à votre arc si vous voulez manger à votre faim !

Ceci dit, j'admire votre enthousiasme. Mais demandez-vous sérieusement si v ous êtes prêt à toutes les situations humaines. AInsi, j'ai pas mal de demande de "lettres pour le tribunal" (faire sauter un PV, faire interner sa fille, faire enlever ses enfants à sa bru...) et j'en garde le plus souvent une profonde impression de malaise pendant des mois.
Si vous vous sentez assez solide pour faire face au côté noir de l'humanité, alors oui, de temps en temps il y a des travaux agréables, de ceux dont on parle le plus souvent dans les articles de Presse (écrire les souvenirs du grand-père...).
Enfin, n'oubliez pas que l'écrivain public doit être transparent : vous n'êtes pas l'auteur, vous n'êtes qu'un porte-voix, ou plutôt un porte-plume. Il vaut donc mieux que vous trouviez quelque satisfaction dans ce que vous faites.
Il est vrai que je n'ai jamais eu votre "amour de l'écriture" : pour moi, c'est un seulement service que je rends puisque je peux le faire.

Amicalement

PS. Rassurez-vous, moi aussi à 40 ans, j'étais déjà obsolète. C'est un mal français.

Avatar du membre
GLINEL Odile
Pilote de commission
Messages : 131
Inscription : mardi 3 juil. 2007 11:11:01
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Récit de vie et biographie
⌨ : Conseil en écriture
Région : Normandie
Agglomération : Saint-Nicolas-d-Aliermont
Téléphone : +33 6 75 22 08 88

Message par GLINEL Odile » vendredi 11 févr. 2011 13:01:49

Bonjour Philippe, bienvenue au club!

Un témoignage pour te donner envie? ou pour te dissuader? ça dépend tellement des gens... :roll:

Autant de personnes installées, autant de situations différentes. Mais ce que dit Mijo est vrai, à la nuance près qu'il faut accepter de passer une moitié de son temps à "se vendre" :!: et pour cela, on manque de savoir-faire, ou de l'envie qui va avec. Quand il s'agit de convaincre un partenaire du bien-fondé d'une théorie, d'un objet miracle, des qualités d'un tiers, nous sommes assez forts. Mais pour ce qui est de se mettre soi-même en scène, sur un joli plateau doré, avec des fleurs et du parfum pour donner envie, eh bien ça devient plutôt difficile. Et pourtant... Il ne faut pas trop compter sur les clients satisfaits pour faire notre pub: on se vante rarement d'avoir fait écrire quelqu'un : ça paraît tellement facile d'écrire!

Le GREC est un des moyens pour survivre en tant qu'écrivain conseil :le site, l'annuaire, le sérieux d'un réseau rassemblant d'éminents professionnels... Mais ça ne suffit pas! Il y faut aussi de l'énergie personnelle, du temps, de l'inventivité, chacun dans son coin. Même si le Groupement tente de donner le plus de visibilité possible au métier, il reste confidentiel. Je t'invite réellement à rencontrer des (futurs) collègues, et à te faire ton opinion toi-même, avec prudence avant de t'engager dans la voie.

bien cordialement,
Odile Glinel

Avatar du membre
ESPIN Marie-Jo
Messages : 15
Inscription : lundi 8 mars 2010 13:01:01
Agglomération : Neublans Abergement

Message par ESPIN Marie-Jo » vendredi 11 févr. 2011 14:02:02

Ah ! se vendre !

Là est tout le noeud du problème.

Parce qu'à la différence d'un boucher ou d'un boulanger, les gens n'ont pas un besoin vital de nos services. Parce que nous, nous ne pouvons pas susciter une envie d'achat, comme un vendeur de voitures ou une salle de ciné.

Pour moi, il faut effectivement être là au moment où l'autre à besoin de nous. Et ce besoin est le plus souvent ponctuel (une lettre, un recueil de souvenirs...) : "pas de contrat à l'année ?" m'a demandé tantôt une conseillère financière (un peu naïve).

Mais quand un contrat arrive à l'improviste, qu'est-ce qu'on est heureux ! Et encore plus quand tout se passe bien :)

Répondre

Retourner vers « Autour de l’écriture »