Les Bonnes Intentions, de Gilles LEGRAND

Une envie, ça ne se décrète pas. Parlez-nous ici des livres, des films, et des auteurs que vous avez aimés.
Répondre
       
Avatar du membre
GODET François
Messages : 224
Inscription : mercredi 5 oct. 2011 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Récit de vie et biographie
⌨ : Correspondance
Région : Ile-de-France
Agglomération : Paris
Téléphone : 33+ 6 30 90 44 02

Les Bonnes Intentions, de Gilles LEGRAND

Message par GODET François » dimanche 25 nov. 2018 17:05:01

Voilà un film tendre et qui sait utiliser l'actualité sociale et économique pour nous divertir.

C'est l'histoire d'une quinquagénaire de milieu aisé qui se sent obligée de surinvestir dans le social pour combler quelque peu le fait d'être née avec une cuillère d'argent dans la bouche.

Cela n'enlève rien à la tendresse du personnage joué par Agnès JAOUI troublante par son jeu doté de sensibilité, parfois d'incompréhension du monde qui l'entoure, y compris de sa propre famille.

J'ai aimé l'humour utilisé pour traiter d'un sujet grave : l'illettrisme des étrangers qui ne peuvent s'insérer parce que ne sachant pas (se) conduire. C'est la raison pour laquelle l'actrice précédemment citée va s'associer avec un bon Français moyen dirigeant une "école de conduite" afin de combler ce déficit.

Il y a bien sûr des ressemblances avec la fonction sociale et d'insertion de notre métier d'écrivain public et/ou conseil. D'ailleurs l'actrice principale du film est formatrice en français pour les étrangers qui ne saisissent pas encore notre langue, mais qui souhaitent l'apprendre en y ajoutant la richesse de leur culture originelle. Peut-être que le metteur en scène n'a pas choisi par hasard le métier du Français qui aide donc à apprendre la bonne conduite. Celle-ci est en effet aussi dans notre langue la manière de bien se comporter, en acquérant et en respectant les lois du pays d'accueil...

Mais les bonnes intentions ce sont aussi les gestes que l'on fait pour autrui et qui sont parfois mal reçues ou qui restent incompris. Et parfois même la langue commune ne peut pas l'empêcher. Et là, on va à la rencontre d'un célèbre psychanalyste autrichien. D'ailleurs j'ajouterai qu'un des personnages concurrents à celui d'Agnès JAOUI est celui d'une Allemande, petite-fille d'HIMLER, qui a fui son Allemagne natale pour ces raisons filiales et qui donc exerce cette belle fonction de formatrice au français à des étrangers mais avec un délicieux accent allemand.

Donc je vous recommande ce film parce que, même si on le joue actuellement dans les salles obscures, il n'en éclaire pas moins nos esprits et nos âmes avec beaucoup d'affection.

Notre période troublée en a cruellement besoin ! (hanshake
François GODET

Répondre

Retourner vers « Coups de cœur littéraires »