DES RANGEMENTS POUR DES LIGNES OCCUPEES A ECRIRE

Un écrivain public, c’est aussi un homme ou une femme. Certaines situations contiennent tous les ingrédients pour exacerber l’éventail complet de nos passions. Venez crier ici vos joies et vos désespoirs.
Répondre
       
Avatar du membre
GODET François
Messages : 264
Inscription : mercredi 5 oct. 2011 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Récit de vie, biographie, monographie
⌨ : Correspondance
Région : Ile-de-France
Agglomération : Paris
Téléphone : 33+ 6 30 90 44 02

DES RANGEMENTS POUR DES LIGNES OCCUPEES A ECRIRE

Message par GODET François » vendredi 11 sept. 2020 23:11:38

Dans cette époque troublée où il semble qu'on ne sache plus où l'on va, il reste aux écrivants à essayer de remettre de l'ordre grâce à leurs idées. Celles-ci doivent apporter un éclairage sur un sujet. Mais un coup de projecteur qui doit sortir de l'ordinaire sinon à quoi bon ?
Dans un passé récent, une ligne téléphonique était occupée ou en dérangement. Aujourd'hui il faut écrire des lignes pour bousculer l'ordre établi et ainsi faire en sorte - en occupant les esprits avec de belles lignes, si possibles éclairantes - d'entrainer un dérangement car la société actuelle est confuse voire injuste. C'est le cas à l'intérieur de notre beau pays. Mais je trouve aussi particulièrement inquiétant que de puissants pays se servent de l'expansionnisme pour essayer justement de cacher leurs graves difficultés internes et sociales. Je pense notamment aux Etats-Unis et à la Chine.

Une autre idée me fait réfléchir. Il y a peu, ce qui se passait au Proche-Orient se répercutait dans notre pays à travers des querelles entre juifs et arabes. Aujourd'hui ce sont les Etats-Unis qui servent de "modèle"avec le racisme antiblanc qui semble faire la une. Avec toutes les conséquences que l'on connait. Bousculement puis basculement des statues d'hommes vus comme des racistes aujourd'hui mais qui vivaient dans une autre époque. Celle du colonialisme.

Tout est fait pour imposer un nouveau modèle. Et surtout victimiser des groupes d'individus. La notion de mérite semble avoir disparu. Tout doit aller dans le même sens. Le respect de la différence. Celle-ci devient une vertu suprême. En 1968 pendant la pseudo révolution il était interdit d'interdire. Aujourd'hui il devient obligatoire d'autoriser tout et son contraire.
Alors je trempe la plume dans l'encrier et je m'exprime. Bonne nuit, faites de beaux rêves. Le réveil approche. (angry)
François GODET

Répondre

Retourner vers « Des mots des humeurs »