Elle s'appelait Sarah, de Tatiana DE ROSNAY

Une envie, ça ne se décrète pas. Parlez-nous ici des livres, des films, et des auteurs que vous avez aimés.
Répondre
       
Avatar du membre
GODET François
Messages : 203
Inscription : mercredi 5 oct. 2011 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Calligraphie
⌨ : Compte-rendu
Région : Ile-de-France
Agglomération : Paris
Téléphone : 33+ 6 30 90 44 02

Elle s'appelait Sarah, de Tatiana DE ROSNAY

Message par GODET François » lundi 12 mars 2018 09:09:44

Comme deux millions de lecteurs, qui l'ont apprécié, je recommande ce livre.

Le thème central de ce dernier est le poids, parfois insurmontable, de la culpabilité dans une vie. Ce roman qui "prend aux tripes" jusqu'à atteindre l'âme a pour trame la rafle du Vélodrome d'hiver (Vel d'hiv) qui a eu lieu en 1942.

Des policiers français sur ordre des autorités allemandes y ont parqué dans des conditions déplorables bon nombre de personnes juives (enfants compris) avant de les déporter dans des camps de concentration.

Le nœud de l'histoire tourne autour du fait que Sarah, petite fille juive, décide au moment de la rafle de cacher son petit frère dans une armoire en l'y enfermant à clé. Elle lui promet de venir l'en délivrer à son retour. Mais malheureusement prisonnière des Allemands dans un camp, et malgré son évasion, elle ne pourra sauver son frère.

Ce récit commence lorsque qu'une journaliste franco-américaine doit couvrir la commémoration des soixante ans de l'évènement en 2002. Mais cela n'est pas neutre pour elle car elle doit emménager dans l'appartement cédé dans des conditions favorables à sa belle-famille juste après la rafle.

Ce livre est passionnant puisqu'il s'agit d'une biographie romancée fondée sur la véritable Histoire de notre pays. Il donne vraiment à réfléchir profondément. Et, en plus, il est excellemment écrit car l'auteure en expliquant les ressorts psychologiques de ses personnages aide à panser l'âme tout en nous faisant penser. Et donc à prendre de la hauteur.
François GODET

Répondre

Retourner vers « Coups de cœur littéraires »