Le bureau des origines – D’ou vient le mot bureau ?

Interrogez-nous sur les métiers d’écrivain public, ou sur la dénomination d’Écrivains-conseils ©.
Répondre
       
Avatar du membre
LAUNAY Pierre-Gilles
Superviseur des sites du GREC
Messages : 153
Inscription : vendredi 10 août 2012 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Correction-relecture
⌨ : Opérateur PAO
Région : Auvergne-Rhône-Alpes
Agglomération : Clermont-Ferrand
Téléphone : 33+ 4 82 53 27 71

Le bureau des origines – D’ou vient le mot bureau ?

Message par LAUNAY Pierre-Gilles » dimanche 18 mars 2018 10:10:12

Image

George ORWEL inventait la novlangue dans son superbe 1984.

De la république au bureau

Il s’était aperçu que le concept même de la république était en pleine dérive. Le nouveau sens de ce mot devenait bien éloigné de son sens originel — le mot latin respublica,æ se traduit en effet mot à mot par « la chose du peuple ».

Georges Orwel étendit alors sa réflexion jusqu’à imaginer la novlangue. Ce nouveau langage désignait à la fois une idée et son contraire. Il s’agissait, constatait-il, de supprimer toute velléité du troupeau, pour le profit du seul pouvoir. Manipulati, quand tu nous tiens !

Le bureau

Le héros de George travaillait dans un bureau, mais qu’est-ce qu’un bureau ?

Bureau vient du mot bourre qui nomme un amas de poils tombé du pelage. Ce mot dériva de sens pour devenir la bure, le tissu grossier dont s’habillaient les gens au temps des premiers écrivains publics. Ce mauvais tissu servit alors rapidement de nappe pour les travaux d’écriture et de comptage. Puis par évolution successives, il désigna le meuble, puis la salle où se trouvait ce meuble, puis le service, puis l’administration, puis le service-même dirigeant de l’administration, sans parler du Deuxième bureau.

Et dans un bureau que trouve-t-on souvent sous les meubles ? De la bourre, évidemment… Retour aux origines. (laught)
Le Corrigeur : correcteur-relecteur et technicien PAO.
Mais je vous le demande, peut-on réellement imaginer une police sans sérif (Le Corrigeur, 2012).

Répondre

Retourner vers « Le métier d’écrivain public, la particularité de l’Écrivain-Conseil © »