COMME UN SOUFFLE QUI PASSE

Un écrivain public, c’est aussi un homme ou une femme. Certaines situations contiennent tous les ingrédients pour exacerber l’éventail complet de nos passions. Venez crier ici vos joies et vos désespoirs.
Répondre
       
Avatar du membre
GODET François
Messages : 246
Inscription : mercredi 5 oct. 2011 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Récit de vie, biographie, monographie
⌨ : Correspondance
Région : Ile-de-France
Agglomération : Paris
Téléphone : 33+ 6 30 90 44 02

COMME UN SOUFFLE QUI PASSE

Message par GODET François » mardi 28 avr. 2020 10:10:28

Hier j'écrivais un texte sous le coup de l'inspiration avec comme souvent le sentiment qu'on me dictait cet écrit. En le relisant immédiatement - et sans fausse modestie - je l'ai trouvé banal. Mais j''avais besoin d'écrire, de partager ce texte et je ne faisais que reproduire ce que j'entendais, je n'y étais pour rien. Il s'agit comme d'une voix intérieure qui est difficile à expliquer pour les personnes qui ne l'ont jamais ressentie.
En relisant encore cet écrit le lendemain, j'ai eu l'impression d'apprendre quelque chose.
Je crois profondément que l'écriture est une des portes qui ouvre sur l'inconscient à condition de ne pas s'autocensurer et de laisser libre cours à son instinct scriptural.
Donc on pourrait dire que parfois l'écrivain est un acteur de théâtre qui a oublié son texte et qu'un souffleur à l'ancienne lui susurre son texte que le comédien a appris, qu'il connait mais qu'il a oublié parce qu'il est très profondément ancré en lui-même et que seule l'expression lui permet d'aller rechercher dans son intériorité la plus intime et la plus vraie.
François GODET

Répondre

Retourner vers « Des mots des humeurs »