LE PRESENT DE LA MEMOIRE

Un écrivain public, c’est aussi un homme ou une femme. Certaines situations contiennent tous les ingrédients pour exacerber l’éventail complet de nos passions. Venez crier ici vos joies et vos désespoirs.
Répondre
       
Avatar du membre
GODET François
Messages : 246
Inscription : mercredi 5 oct. 2011 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Récit de vie, biographie, monographie
⌨ : Correspondance
Région : Ile-de-France
Agglomération : Paris
Téléphone : 33+ 6 30 90 44 02

LE PRESENT DE LA MEMOIRE

Message par GODET François » jeudi 7 mai 2020 16:04:51

Je voudrais livrer ici une réflexion sur un sentiment présent. On nous présente le passé comme quelque chose de révolu alors qu'il est en fait là et se manifeste maintenant dans notre existence qu'on en soit conscient ou pas et qu'on le veuille ou non.
Je m'intéresse à ce sujet parce que je suis fasciné par la mémoire ; ce qu'elle retient, ce qu'elle reconstruit ou ce qu'elle met dans un coin de la conscience ou de l'inconscient. Or, c'est elle qui nous a construits et qui continue son édification.
Ce thème est important lorsqu'on s'intéresse au sens de l'existence, de l'évolution des êtres et donc des histoires de vies.
Je me demande comment se fait ce tri et à quoi il sert. Quel est son but ?
On retient ce qui nous a marqués et également ce qui permet de progresser par l'apprentissage. Comme l'a dit un sage indien :
Je suis venu de loin. J'ai souffert des maux effrayants et j'ignore ce que me réserve encore mon passé.
En rédigeant ce texte je laisse libre cours à une pensée instinctive. En fait je cherche quelque chose, une sorte de vérité immanente que je comprendrai peut-être mieux en relisant ce texte dans quelques temps comme cela m'arrive souvent. Mais il me faut néanmoins le publier pour lancer le processus de réflexion.
J'avais envie de partager cette idée en cherchant à comprendre la sélectivité de cette mémoire et le sens, le chemin qu'elle nous invite à prendre, à emprunter par des voies détournées et qui viennent de très loin.
Chaque histoire vécue a fait de nous ce que nous sommes par la mémoire que nous en avons gardée ou voulu conserver. Mais il faut pour cela arpenter et chercher. Tirer sur la pelote de laine.
Le temps qui passe nous ramène à la vérité la plus profonde. Il est comme la mémoire juste des choses vécues.
Un cadeau à déballer tout doucement et précautionneusement. (wait)
François GODET

Répondre

Retourner vers « Des mots des humeurs »