ECRIRE (SUR) SA MEMOIRE

Un écrivain public, c’est aussi un homme ou une femme. Certaines situations contiennent tous les ingrédients pour exacerber l’éventail complet de nos passions. Venez crier ici vos joies et vos désespoirs.
Répondre
       
Avatar du membre
GODET François
Messages : 246
Inscription : mercredi 5 oct. 2011 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Récit de vie, biographie, monographie
⌨ : Correspondance
Région : Ile-de-France
Agglomération : Paris
Téléphone : 33+ 6 30 90 44 02

ECRIRE (SUR) SA MEMOIRE

Message par GODET François » mardi 12 mai 2020 15:03:50

J'ai beaucoup mémorisé de scènes de vies parfois douloureuses mais pas toujours ; en tout cas des séquences qui m'ont marqué et dont j'ai voulu tirer la quintessence pour progresser dans l'existence malgré les nombreux obstacles rencontrés. Ces images ont paradoxalement construit le metteur en scène de mon existence que j'essaie de devenir.

Pendant la période de confinement j'ai vu ou revu certains films à la télévision. Parfois il m'a fallu un certain temps pour constater que j'avais déjà vu le film que je regardais. Cela m'a posé question.

Quelque peu inquiet je me suis dit que la mémoire était sélective. Et heureusement. Sinon comment pourrait-on l'utiliser dans notre vie quotidienne ? La place nécessaire pour conserver les souvenirs serait tellement grande qu'il nous serait impossible d'y retrouver ce que nous cherchons pour l'utiliser présentement. Autrement dit revoir un film nous fera mémoriser différemment les scènes en fonction de l'apprentissage utile du moment, même si notre inconscient enregistre à notre insu certaines informations qui peuvent nous être rappelées par autrui ou sous une autre forme.
L'expérience est une lanterne sourde qui n'éclaire que celui qui la porte
a dit Céline. Je crois que cela n'est même pas vrai. En effet - et vous l'avez constaté - nous ne revivons jamais les mêmes scènes de la vie. Notre mémoire intervient alors pour nous aider dans la situation présente. Mais cet apport est toujours insuffisant et l'éclairage de trop faible intensité.

Je crois profondément que toute vie a un sens à condition de retracer le parcours jalonné de situations vécues et de pouvoir les analyser. C'est cela qui fait sens. C'est pourquoi - comme je l'ai affirmé à ma professeur de français en classe de quatrième - la mémoire est le terreau de l'intelligence. Sans celle-ci impossible de comprendre et de donner un sens à toute existence.

J'espère que ce texte fera date et s'inscrira dans les mémoires. (nod)
François GODET

Répondre

Retourner vers « Des mots des humeurs »