ECRIRE POUR RESPIRER

Un écrivain public, c’est aussi un homme ou une femme. Certaines situations contiennent tous les ingrédients pour exacerber l’éventail complet de nos passions. Venez crier ici vos joies et vos désespoirs.
Répondre
       
Avatar du membre
GODET François
Messages : 253
Inscription : mercredi 5 oct. 2011 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Récit de vie, biographie, monographie
⌨ : Correspondance
Région : Ile-de-France
Agglomération : Paris
Téléphone : 33+ 6 30 90 44 02

ECRIRE POUR RESPIRER

Message par GODET François » vendredi 5 juin 2020 17:05:47

Besoin absolu de rédiger un texte chaque jour autant que de manger ou de boire. Encore que je pourrais jeûner, mais il m'est vraiment impossible de ne pas écrire quotidiennement comme d'ailleurs de lire. Une journée sans écrire ou plonger dans un livre et un journal est selon moi une journée perdue. On gagne en effet toujours à apprendre même si on peut également acquérir des connaissances en écoutant, regardant, voyageant ou méditant. Mais pour retenir, augmenter son expérience et le rendez-vous avec le futur, rien de tel que le stylo sur le papier ou la main sur la souris du clavier de l'ordinateur.

L'inspiration qui permet au corps de respirer apporte aussi du souffle à l'écrivant et lui permet de trouver des idées qui émergent à la surface de la conscience dans un moment de relaxation naturelle.

Un Livre Blanc à paraitre sur notre métier aurait dû initialement s'intituler "Ecrire pour survivre". Donc les personnes d'écriture ont ce besoin de respirer par leurs mains elles-mêmes reliées à leur âme et aussi leur esprit. Cela est complément lié à notre séjour sur cette Terre.

Je me fais ici en quelque sorte le porte-parole ou plus précisément le porte-plume de mes consoeurs et confrères.

J'espère que les personnes qui ont lu ce message sont restées quelques minutes suspendues à celui-ci et comme en état d'apesanteur, peut-être plus légères parce que se sentant comprises dans ce texte (incluses et entendues). J'ai du mal à quitter cette page comme on quitterait une scène.

A dans plus tard... (mail)
François GODET

Répondre

Retourner vers « Des mots des humeurs »