Les plumes du pouvoir, de Michael MOREAU

Une envie, ça ne se décrète pas. Parlez-nous ici des livres, des films, et des auteurs que vous avez aimés.
Répondre
       
Avatar du membre
GODET François
Messages : 256
Inscription : mercredi 5 oct. 2011 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Récit de vie, biographie, monographie
⌨ : Correspondance
Région : Ile-de-France
Agglomération : Paris
Téléphone : 33+ 6 30 90 44 02

Les plumes du pouvoir, de Michael MOREAU

Message par GODET François » jeudi 30 juil. 2020 17:05:20

Voici un ouvrage fascinant et passionnant à la fois. Nos gouvernants politiques ne savent pas écrire. Mais ils le cachent. Et, malgré l'ambiance actuelle propice au déboulonnement des statues de ceux qui ont de près ou de loin encouragé l'esclavage, ils font appel à des nègres ... littéraires.
Mais pour autant ils ou elles croient encore à la puissance de l'expression écrite puisqu'ils la recherchent et l'utilisent pour influencer leurs concitoyens.
Et parfois les nègres sont eux-mêmes des futures célébrités. On apprend ainsi que de Gaulle lui-même, lorsqu'il n'était encore que capitaine, fut le nègre de Pétain. Il relatait une histoire du soldat français jusqu'à Verdun.

L'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve relève que
la langue de Pompidou est sans doute la plus belle, et la plus précise qu'aucun président de la République n'ait jamais utilisée.

Cet ancien président a en effet été reçu premier à l'agrégation de lettres. Malheureusement l'histoire n'a retenu qu'un de ses discours déjà prémonitoire, celui de Chicago en 1970 lorsqu'il tire déjà la sonnette d'alarme à propos de l'écologie :
L'emprise de l'Homme sur la nature est devenue telle qu'elle comporte le risque de destruction de la nature elle-même.
Son successeur - Valéry Giscard d'Estaing - recherchait la performance au point d'écrire puis d'apprendre par coeur ses discours avant de les déclamer.
Mais certains discours ont marqué et transformé le destin (de l'Histoire). La crise des euromissiles voit en 1999 des défilés pacifistes s'opposer à la décision américaine d'installer des missiles Pershing II sur le territoire allemand pour contrer les missiles soviétiques, les SS20,mis en place en URSS et qui pouvaient atteindre l'Europe de l'Ouest. François Mitterrand va rompre alors avec le discours de son camp et soutenir les missiles américains.
Nos peuples haissent la guerre, ils en ont trop souffert
déclare le Président de la République française dans un discours qui fera date au Parlement allemand.
François Hollande - l'ancien Président - considère que le discours le plus fameux de son prédécesseur socialiste au même prénom est celui prononcé au Parlement européen en 1995 lorsqu'il met en garde contre le retour des nationalismes. Mais surtout lorsqu'il improvise à la fin de son discours
Il se trouve que les hasards de la vie ont voulu que je naisse pendant la Première Guerre mondiale et que je fasse la seconde. J'ai donc vécu mon enfance dans l'ambiance de familles déchirées, qui toutes pleuraient des morts et qui entretenaient une rancune, et parfois une haine, contre l'ennemi de la veille. L'ennemi traditionnel... Il faut vaincre notre histoire. Et pourtant, si on ne la vainc pas, il faut savoir qu'une règle s'imposera, mesdames et messieurs : le nationalisme, c'est la guerre !
Il existe un autre grand orateur d'un grand discours aujourd'hui également disparu. En mai 1992, Philippe Séguin mène campagne contre le traité de Maastricht. C'est un sommet de l'art oratoire parlementaire. Il renouvèlera son exploit en juin 1993 pour dénoncer un
véritable Munich social
dans lequel il explique le divorce entre ceux qui ont un emploi et ceux qui en sont privés.

Michael Moreau - l'auteur de ce magnifique livre - explique qu'à l'heure de Google les imperfections ou inexactitudes des discours sont plus facilement relevables et créent un certain stress pour les auteurs de ceux-ci. Et c'est pourquoi
aujourd'hui, la traque des erreurs factuelles est devenue une charge conséquente et chronophage du métier de plume.
Pour Igor Mitrofanoff - ex-plume de François Fillon -, il s'agit toujours de gagner d'abord par les mots. La plume est en effet le réceptacle de toutes les pressions. C'est
un beau métier mais très éprouvant, dur... où le doute n'est pas permis.
Mais le journaliste écrivain Franz-Olivier Giesbert relève que François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon sont connus pour écrire eux-mêmes leurs discours.
Antoine Buéno - plume au Sénat - considère que
la simple existence de la plume politique est la preuve de la vacuité du système. Comment peux-tu demander à un mec de te rédiger un discours, c'est-à-dire de susciter ta pensée et de structurer un propos qui n'est pas le tien ? Quand tu tiens la plume, tu tiens tout !
Il considère qu'une
plume politique est un mercenaire, de la même manière qu'un avocat peut avoir à défendre n'importe quelle cause.
Ce livre est si riche que je souhaite encore citer un auteur de discours. Antoine Leiris est écrivain et ancien journaliste. Le 13 novembre 2015, sa femme Hélène est morte au Bataclan. Ses assassins "n'ont pas eu la haine" de cet homme. Peut-être même ont-ils permis que celui se sublime dans un discours en avril 2019 suite à l'incendie de Notre-Dame.
Notre-Dame est à tous. Notre-Dame est à chacun. Elle est le point de concorde de la République et du Sacré.
En guise de conclusion l'auteur de ce livre magnifique et instructif se demande si
le discours peut dorénavant survivre aux réseaux sociaux et à la multiplication des médias... Le discours est à la fois une évocation de l'histoire et une proposition pour l'avenir.
L'ex-Premier ministre Bernard Cazeneuve relève qu'à
la théorie de moins de mots possibles (cf les tweets), c'est le mépris conscient ou inconscient de ceux à qui on s'adresse.
Mais il se dit
surpris de découvrir à quel point Jean-Marie Le Pen parle au contraire une belle langue, sophisitiquée, et cela ne l'a pas du tout empêché de ramener à lui des électeurs...
L'auteur de ce livre rappelle que l'éternelle règle de Cicéron
Plaire, émouvoir, convaincre
est utilisé pour une prise de pouvoir mais pas seulement.
Je reste convaincu pour ma part du pouvoir de la plume même si l'auteur du livre pense le contraire... (finger)
Modifié en dernier par GODET François le dimanche 2 août 2020 19:07:42, modifié 2 fois.
François GODET

Avatar du membre
GODET François
Messages : 256
Inscription : mercredi 5 oct. 2011 19:07:32
Emploi : Écrivain public membre du GREC, le GRoupement des Écrivains-Conseils®
⌨ : Récit de vie, biographie, monographie
⌨ : Correspondance
Région : Ile-de-France
Agglomération : Paris
Téléphone : 33+ 6 30 90 44 02

Message par GODET François » samedi 1 août 2020 17:05:36

Après une critique très positive vient le temps d'une analyse sur le sujet propre à ce livre. Les hommes politiques qui nous gouvernent ont-ils encore des idées ou ne sont-ils que des ventriloques proposant ce que leur ont suggéré des personnes plus compétentes et intelligentes ?
Et dans ce cas ils ne seraient plus que des acteurs - par forcément talentueux puisqu'on a du mal à les croire et à leur faire confiance.

On a l'impression après avoir lu ce livre que les politiciens sont des marionnettes et que les hommes de l'ombre - et notamment les grandes plumes - dirigent l'Etat. Mais à quel titre puisque ces derniers n'ont pas de mandat du peuple ?

Mais je resterai sur une note positive. L'histoire des discours politiques rejoint la grande Histoire. Et en lisant cet ouvrage de grande qualité on rafraichit sa mémoire ou on comprend mieux le passé. Et c'est bénéfique.
François GODET

Répondre

Retourner vers « Coups de cœur littéraires »